Rechercher

Tu t’appellerais Camille...

Il y a 9 mois, tu t'es installée...


Il y a 9 mois, tu t'es installée dans ma vie, tu t'es installée dans mon ventre. Tu as pris ta place dans mon utérus mais aussi dans ma tête et dans mon cœur.

Il y a 9 mois, j'ai pris une grande décision, une décision qui engage, une décision pas facile, une décision dont je me rappellerai toute ma vie. J'ai choisi l'interruption volontaire de grossesse.

Il y a 9 mois, j'étais en formation périnatalité, nous avons parlé grossesse pendant 4 jours mais toi tu n'étais déjà plus là, en tout cas, plus physiquement.

Il y a 9 mois , j'ai pleuré, oui tu n'étais "même pas un embryon", tu commençais même à partir toute seule, à t'installer temporairement mais je n'ai pas eu l'occasion d'attendre que tu me quittes...

Il y a 9 mois, j'ai pris la pilule rouge une le lundi, une le mercredi pour te déloger de ton cocon douillet.


Excuse moi de ne pas vouloir d'autre enfant, pardonne moi de ne pas pouvoir t'accueillir dans ce contexte, pardonne moi de ne pas t'avoir laissé le temps de partir naturellement, pardonne moi de ne pas t'accueillir physiquement dans ma vie, pour tout ce que tu veux, pardonne moi...


Entre temps, j'ai pleuré, je t'ai imaginée grandir en moi, je t'ai imaginée dans mes bras, te donnant le sein, j'ai imaginé danser avec toi,... Entre temps, je t'ai trouvé un prénom... Camille, tu t’appellerais Camille.


Aujourd'hui, j'ai eu mal au ventre, comme une sensation de contractions. Aujourd'hui, j'ai l'impression que je vais accoucher. Mais aujourd'hui, tu n'es pas là, tu n'es plus là, c'est fou à quel point notre corps peut nous envoyer des messages.


Alors oui c'est ma décision, notre décision, et oui j'ai le droit d’être triste quand même, j'ai le droit de pleurer, j'ai le droit d’être en deuil.


Je voudrais aussi te remercier d’être entrée dans ma vie, car même si je n'en ai pas compris tout de suite le sens, tout ceci en a un. Merci pour ces prises de conscience, merci de m'avoir secouée, merci de me replacer sur le chemin, sur mon chemin. Merci ma puce, merci Camille, Elise, Julia.



Avec amour...Ta maman qui t'aime.

Merci à mon amie Iza de m'avoir donné des pistes d'écriture pour poser des mots sur mes maux.

115 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout