Rechercher

Accouchement physiologique, c'est quoi ?

Dernière mise à jour : 27 sept. 2020

A la différence de ce qu'on appelle couramment "accouchement naturel", très tendance, découvrez ce qu'est un vrai accouchement naturel, physiologique selon Michel Odent :)



Un accouchement physiologique, n'oublions pas nos origines de mammifères !


Pourquoi ne pas prendre exemple sur nos amis les mammifères, qui accouchent plus rapidement et sans aide ?


Ils cherchent un endroit sûr et calme pour mettre au monde leurs petits.


Pour nous les femmes, c'est la même chose. Nous avons besoin d'intimité, de silence, d'obscurité et de liberté de mouvement. Nous devons nous sentir en sécurité, ne pas nous sentir observées. C'est ce rôle protecteur que doit incarner la sage-femme qui nous accompagne.


Le néocortex, partie du cerveau apparue la plus récemment à l’échelle de l’évolution, essentiellement présent chez les mammifères, ne doit pas être stimulé. C’est la partie qui pense, qui réfléchit de façon rationnelle et l’homme est le seul être à pouvoir court-circuiter ses instincts par son intelligence...ce qui n'aide pas pour accoucher.


La nature a trouvé la solution, mettre ce néocortex « en veille » afin que les hormones, messagers chimiques du corps puissent entrer en action.



Une perception erronée de l'accouchement physiologique confondu avec accouchement que l'on dit naturel


Actuellement dans les écoles où l’on forme les personnes pour aider les femmes à accoucher « naturellement », des messages erronés sont véhiculés et donc retransmis aux femmes enceintes. On leur apprend comment respirer, comment pousser ce qui fait appel au néocortex et qui va à l’encontre du processus involontaire qu’est l’accouchement.


Cette vision faussée d’un accouchement « naturel » passe par des messages visuels renforcés par du vocabulaire (coach, besoin de soutien, d’énergie,…). Une épidémie de vidéos de naissance « naturelle » envahit internet.


C’est toujours la même histoire selon Michel Odent : une femme qui accouche, 1 homme et 4 personnes autour…loin des conditions idéales pour libérer les hormones nécessaires pour que tout se déroule au mieux. Une naissance naturelle ne se résume pas au fait d’accoucher dans une piscine ou à la maison.



Comment cela se passe t-il aujourd'hui ?



Les conditions nécessaires pour un accouchement naturel selon Michel Odent ne sont que rarement réunies dans un hôpital. Les femmes perdent leurs capacités à accoucher, à allaiter. De nombreuses futures mamans ont des projets en tête qui en réalité n’aboutissent pas. Beaucoup d'accouchements commencés à la maison finissent à l’hôpital et nombre de femmes qui voulaient allaiter abandonnent au bout de quelques jours, semaines ou mois. Les césariennes et les perfusions d’ocytocine sont de plus en plus fréquentes.


L’accouchement est hyper-médicalisé et les besoins de base de la femme qui accouche sont incompris. Les accouchements sont de plus en plus longs et difficiles. L’institution médicale est très forte, très présente et rend inutile le système physiologique de la femme qui devient de plus en plus faible…


La péridurale


Nous voulons à tout prix supprimer les douleurs de l’accouchement en posant une péridurale. Seulement quand il y a une douleur physiologique, un système physiologique de protection contre la douleur est activé. Des endorphines sont libérées et ont d’autres implications puisque la principale endorphine favorise la libération de prolactine, l’hormone du maternage, l’hormone de sécrétion du lait.


Ces endorphines diminuent la perception de la douleur et produisent un état altéré de conscience, état nécessaire pour inhiber les fonctions rationnelles du néocortex et faire prédominer les autres fonctions qui contrôlent l’accouchement.  


Les hormones en jeu lors de l’accouchement constituent une chaîne d’élément. Lorsque l’on retire un maillon de la chaîne en remplaçant les endorphines naturelles par une péridurale, on perd le reste des processus physiologiques.


Il est nécessaire de comprendre qu’il ne faut pas essayer d’extraire la douleur mais de rendre l’accouchement le plus facile possible pour éviter de donner des médicaments contre celle-ci.


Quand une péridurale est mise en place, il y a une modification du système hormonal qui entraîne un déséquilibre, la plupart du temps suivi d’une injection d’ocytocine synthétique.


L’ocytocine de synthèse


Tout comme la péridurale, l’ocytocine de synthèse bloque libération des hormones naturelles. Ces injections d’ocytocine de synthèse sont très fréquentes mais peu connues du grand public.


Elles ne sont pas considérées comme un acte médical, ne sont pas intégrées pas dans les statistiques. Ce n’est pas vraiment un médicament, c’est une « hormone ». Cependant, les concentrations injectées sont bien plus élevées que les concentrations naturellement présentes dans notre organisme, et la libération n’est pas la même.


Les césariennes


Les accouchements sont de plus en plus difficiles ce qui conduit à un nombre de césariennes de plus en plus élevé. Michel Odent pose notamment cette question : Quel avenir pour une humanité né par césarienne ? La façon de naître a des conséquences à long terme.


La flore intestinale des bébés nés par voie basse et celle des bébés nés par césarienne est très différente. En effet, les bébés nés par voie basse sont en relation avec les microbes des voies vaginales de leur mère. Ces microbes commencent à constituer le microbiome du bébé (qui représente environ 80% du système immunitaire). Les anticorps maternels transférés au bébé via le placenta vont permettre de faire face à ces nouveaux germes, qui deviennent alors familiers et amicaux. Lors d’une césarienne, les premiers microbes rencontrés seront ceux de l’hôpital.

Les césariennes compromettent l’allaitement, la maman ne pouvant pas allaiter de suite et n’aura pas le pic d’ocytocine qui favorise la prolactine et donc la mise en place de la lactation.


Pour finir sur une note positive !


Les hommes ont aujourd’hui l’idée qu’une femme ne sait plus accoucher seule. Michel Odent a pu assister aux réactions des pères suite à la naissance naturelle de leur bébé. Ils sont plein d’admiration, de respect et remplis d’amour pour leur femme qui a accouché seule. Cet état d’amour renforcé pour la mère facilite l’attachement entre le père et son bébé.


N'oubliez pas que nous les femmes sommes faites pour ça, que l'humanité existait bien avant les hôpitaux et qu'on nous accouche pas c'est bien nous qui accouchons, reprenons notre pouvoir, le pouvoir sur notre corps !


34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout